vendredi 20 juillet 2018

" Il met du rouge partout "


Le farniente est une occupation absolument délicieuse. Au Strict Maximum, entre deux plongeons, trois brasses et 4 drinks, nous l'avons parfaitement compris. Mais les vacances ne doivent pas se résumer seulement à cela ou alors le délicieux sentiment de paresse se mue en mortel ennui tant en vacances la frontière est mince entre ne vouloir rien faire et n'avoir rien à faire.

Estimant avoir à peu près épuisé toutes les ressources (culturelles) de la Côte d'Azur, nous décidons cette année de n'y passer qu'une semaine. Nous en profitons pour changer de spot en posant nos valises à Roquebrune-Cap-Martin, à deux pas du cabanon de Le Corbusier et de la villa E-1027 d'Eileen Gray. Nous trouvons refuge dans une cabane de pêcheur améliorée jouissant bien entendu de tout le confort que notre condition exige mais surtout d'une magnifique vue sur la mer.







Quelques souvenirs de la plage...


Nous passons la majeure partie de notre  semaine Azuréenne sur la très belle plage du buse, entre bains de mer des plus rafraichissants et bains de soleil écrasants avec pour compagnon le fantôme de Le Corbusier (il fut retrouvé mort sur cette plage suite à son arrêt cardiaque en pleine brasse)

Peu de visites sur la côte pour le SM à l'exception d'un passage à Vallauris où Picasso y est actuellement à l'honneur. Avec notamment l'exposition "Picasso, les années Vallauris" que vous pouvez voir jusqu'au 22 octobre 2018. Mais attention, au musée Picasso, pas de photos ! Interdiction qui doit se faire retourner dans sa tombe le peintre le plus photographié du XXème siècle. D'autant plus que la plupart des oeuvres, précédemment visibles au Grand Palais et au Musée Picasso de Paris étaient alors photographiables. A Vallauris, on ne doit pas savoir que la publicité se fait maintenant via les réseaux sociaux. #enretard





Seconde étape, le Lubéron et plus précisément: Gordes. Un peu plus d'un an après notre premier passage dans la région, c'est avec plaisir que nous foulons de nouveau les terres du père Chapo. Car rappelons-le, c'est un pèlerinage aux ateliers Chapo l'an passé qui nous avait emmené dans cette belle région. 
Voici un tour d'horizon de nos visites et rencontres qui vous donnera peut-être l'envie d'aller vous aussi vous perdre entre Goult et Roussillon...

Odile de Frayssinet 


A l'Isle-sur-la-Sorgue nous découvrons l'exposition "Tissage-Tressage, quand la sculpture défile" présentée à la Villa Datris, jusqu'au 1er novembre 2018. Un passage obligé pour le SM puisqu' Agnès Sébyleau y expose une de ses pièces.


Agnès Sébyleau

Marinete Cueco



Bien entendu une fois dans la région, on rend visite à Nelly Bonnand et Georges Yassef, et une fois de plus l'après-midi file d'un claquement de doigts.







Vases anthropomorphes des années 80, le choix du SM pour cette session 2018.



Promis, Georges n'a tué personne

L'une de nos découvertes de l'été fut le travail de Charlotte Culot, actuellement exposée chez "Modern Héritage" à Coustellet. Le Strict Maximum vous en reparlera plus longuement très prochainement. Soyez patients.


Peintures de Charlotte Culot



A quelques KM de Crestet, nous programmons une visite au centre d'Art. Ancienne résidence des sculpteurs François Stahly et   Parvine Curie, le centre fait l'objet d'une fermeture administrative et s'en trouve donc inaccessible. Nous pouvons néanmoins en faire le tour et découvrir le jardin de sculptures en plein air. A Crestet quand on a de l'or dans les mains, on ne sait pas quoi en faire. Enfin si : une fermeture administrative.










Sur la route du centre, et de manière fortuite, nous passons à toute vitesse devant un panneau à moitié caché par les ronces. Mais notre oeil aiguisé à le temps de noter "Céramique-Tapisserie D.Drouin". Il n'en faut pas plus pour éveiller la curiosité du SM qui fait une marche arrière et un bond dans les années 70 en entrant chez Daniel Drouin à Venasque. Ce lissier, sorti de l'école des Gobelins, prend le temps de nous expliquer comment exécuter de monumentales tapisseries. 
Bien entendu, nous en sommes toujours incapables. Mais nous sommes conquis.






La galerie Chapo à  Gordes met à l'honneur Michel et Nicole Anasse jusqu'au 14 septembre 2018. Sous les auspices de notre bonne étoile, nous quittons Gordes le lendemain du vernissage et pouvons donc y assister. Fers soudés, céramiques, bronzes... Des pièces de toutes tailles y sont présentées comme cette incroyables sculpture se trouvant devant la galerie.









Nous oublions presque de vous parler de notre virée à Saint-Quentin-la-Poterie pour découvrir au Musée de la poterie Méditerranéenne, l'exposition "Pol Chambost, de la petite série à la pièce unique" 








C'est ici que les vacances s'achèvent. Mais la bonne nouvelle, c'est que nous avons maintenant du temps pour moult articles sur le SM. Au programme dans les jours à venir : peinture, collage et céramique. La routine, en soit.

2 commentaires:

  1. Le SM devrait prendre prétexte d'arpenter en Août le pays drômois pour les expos Etienne NOËL à Crest et Jacques POUCHAIN à Poët Laval ;) . Merci pour ces photos du Centre d'art de Crestet qui rappelle l'architecture brutaliste de la Villa Arson à Nice /(Laurent)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement pas de seconde mi-temps dans la Drôme prévue en Août!
      Par contre pouvez vous nous expliquer comment le SM n'a encore jamais mis les pieds à la Villa Arson!? Quel magnifique bâtiment!
      Merci pour la découvert cher Laurent!

      Supprimer