dimanche 25 mars 2018

Serge Mouille.


Nous sommes le 25 Mars 2018 et cette nuit nous avons perdu une heure. Le passage à l'heure d'été provoquerait une augmentation du risque de crise cardiaque, de la fréquence des accidents de travail et de circulation, serait aussi responsable d'une surconsommation de somnifères et même responsable d'une hausse de suicides. 

Au Strict Maximum nous tenons à vous, et il nous apparait  impensable qu'un simple changement d'heure puisse avoir raison de vous. A nous donc de jouer, il nous faut vous divertir!
Mais comment? Avec quoi? Qui? 
Une fois le clavier entre les mains nous vient alors une idée lumineuse - comme à peu près toutes celles que nous avons - parlons donc de Serge Mouille!
Avec une vie toute entière ponctuée de Nichons, Lèvres, Cocottes et autres Fentes, assurément Mouille a tout pour vous détendre!


Né à Paris en 1922, le petit Serge Mouille est un garçon turbulent et pas studieux pour un sou que seul le dessin intéresse.
C'est donc avec grand plaisir que le chenapan passe ses journées à dessiner au jardin des plantes, attentif au moindre détail du spectacle de la vie toute entière qui s'offre à lui.
Sur les conseils de son professeur de dessin, Serge se présente au concours des Arts appliqués où il est reçu. Le voici donc à 13 ans, le plus jeune élève de l'école.
C'est au hasard d'un cours d'orfèvrerie dispensé par Gabriel Lacroix que le petit Mouille décide de faire de cette discipline sienne. Sous la férule exigeante du professeur, il devient rapidement une des mains les plus habiles de sa génération, un virtuose du marteau et un très grand technicien.


Ensemble de Monotypes - 1951

Vers la fin de sa deuxième année d'études, on lui diagnostique la tuberculose. Il passe alors une année complète en sanatorium. En 1941, après avoir repris ses cours, Serge obtient son diplôme sans aucune difficulté.
En 1947, un concours spécial est organisé pour désigner le successeur de Lacroix. Il devient ainsi professeur en titre de dessin et de ciselure, adjoint à Gabriel Lacroix dont il prendra effectivement la succession en 1954.


Formes et personnages découpés - entre 1950 et 1955.

Installé à Meudon, Serge Mouille prend le train quotidiennement pour rejoindre Paris. Il y fait la connaissance de Slavik, décorateur chez Publicis. Une petite bande d'amis et voisins se constitue: les sculptures François Stalhy et Etienne Martin, le peintre François de Lucy, le mosaïste Max Herzele et Renée Bouiller critique d'art se joignent régulièrement à Mouille et Slavik. Avec eux, Serge Mouille explore d'autres horizons sans abandonner l'enseignement de l'orfèvrerie.
Slavik présente Serge à l'équipe des étalages des Galeries Lafayette dirigée par Jean Adnet.


Tissus sur formes découpées de Serge Mouille -Printemps Paris 1951

Ainsi Serge Mouille se retrouve dans l'univers de la décoration associé à de jeunes créateurs.
François Stahly et Max Herzele lui présente le président du groupe Espace, André Bloc - un autre Meudonnais- avec qui Serge Mouille s'initie au débats d'idées.
Il y rencontre un certain nombre de ceux avec qui il travaillera plus tard: Claude Parent, Jean Sebag, Marcel Gascoin, Jean Prouvé...


Serge Mouille (avec les lunettes) lors d'un dîner du groupe Espace

C'est de manière fortuite que Mouille aborde la réalisation de luminaires.
Au début des années 50 se tient l'exposition textile internationale de Lille. Slavik et Jean Adnet demande à Serge d'y concevoir leur éclairage en s'inspirant des luminaires italiens très à la mode.  C'est alors que Serge rencontre Jacques Adnet -frère jumeau de Jean- qui lui propose de concevoir un luminaire pour la Compagnie des Arts français qu'il dirige, révélant ainsi son exceptionnel talent.

Ce défi marque l'entrée véritable de Serge Mouille dans le monde du luminaire.
Adnet lui demande simplement un grand luminaire. Pour sa première création Serge entend se démarquer de tout et de tous, en particulier de ces italiens omniprésents qui l'agacent fortement.
Il expérimente tout un tas de formes de réflecteurs et de possibilités de structures. 
Il met ainsi presque une année pour arrêter la forme du premier lampadaire trois bras qu'il livre à Adnet en 1952.


Lampadaire trois bras - 1952

Ravi devant ce lampadaire "aux formes de nichons" Adnet demande à Mouille de participer avec lui à l'exposition "la demeure joyeuse: Paule Marrot et ses amis" 
Dans la salle attribuée à Jacques Adnet sur le thème "Coin de travail d 'un compositeur", Serge Mouille installe une suspension à trois bras permettant d'éclairer à la fois l'instrument et la table derrière.

Coin de travail du compositeur avec la suspension à trois bras.

Cette exposition révèle le créateur à la profession et au public averti. 
Pendant les dix années suivantes, en dehors de son enseignement à l'Ecole des Arts appliqués, Serge Mouille consacre tout son temps à la création et la production de luminaires.
Sa collaboration fructueuse avec le créateur réputé Louis Sognot assoit sa réputation.


Applique à sept bras fixes. ELLE- Avril 54

Ainsi il participe très régulièrement au Salon des arts ménagers et Salons des artistes décorateurs, vitrines prestigieuses pour ses luminaires.


1ere Triennale d'Art français contemporain, Louis Sognot - 1956

Salon des Arts ménagers, Louis Sognot - 1960

Par goût et par indépendance, Serge Mouille refuse le support de tout éditeur ce qui le déchargerait financièrement mais lui ôterait le contrôle de la production et distribution. 
Serge Mouille s'entoure alors d'une équipe de sous-traitants dont Henri Depierre, connu par l'intermédiaire de l'atelier Mecasoudure qui réalise les soudures des premiers lampadaires à trois bras.


Réflecteur Drosera, modèle unique - 1956

Réflecteurs nichons - 1952

Entre Henri Depierre -compétent et très adroit- et Serge Mouille -exigeant sur la qualité du travail- les rapports seront excellents.
La fabrication des luminaires se fait donc dans l'atelier de Depierre avec toute une équipe composée de fournisseurs, collègues, amis mais également élèves de Serge Mouille.

Applique à 7 bras fixes - 1953
Lampadaire deux bras - 1953

En 1954 Steph Simon contacte Serge Mouille et lui propose de travailler pour la galerie qu'il ouvre prochainement. Plus que toute autre, la galerie Steph Simon assurera la diffusion de ses luminaires.


Créations de Serge Mouille chez Steph Simon - 1957

Méchante ambiance entre Serge et Charlotte Perriand alors directrice artistique chez Steph Simon. Perriand snob royalement le créateur de luminaires.
Son dédain pour lui persiste dans le temps. En 1985, lors de son exposition aux Arts Décoratifs "Charlotte Perriand, un art de vivre" nulle mention de Serge Mouille n'est faite au sujet de la galerie Steph Simon. Pas plus que dans son livre mémoire  paru en 1998 "Une vie de création". 
A son "Elle est aussi belle que grâce" Charlotte répond "Ce n'est pas l'un des nôtres".


Stand Steph Simon, Salon des Arts ménagers - 1959

En Avril 1957, pour l'exposition anniversaire de l'ouverture, la galerie consacre tout de même un nouvel espace aux créations de Serge Mouille dont deux modèles éphémères annonciateurs de la génération futures des Colonnes, les lampes Lèvres et Fentes.


Lampe Fentes et monotype - 1955


Lampe Lèvres - 1957

Tout sourit à Serge Mouille (sauf Charlotte), les luminaires se vendent très bien et la gamme est complète tout en étant novatrice.
En 1958, il obtient le diplôme d'honneur, la plus haute récompense pour les luminaires lors de l'Exposition Universelle de Bruxelles et nous sommes tous d'accord (sauf Charlotte) que c'est amplement mérité. 


Exposition internationale de Bruxelles - 1958

Salon des Arts ménagers - 1958

L'année suivante, en Mars 59, les choses se gâtent. Une récidive de la tuberculose est décelée. Après une nouvelle année passée en sanatorium et quelques mois de convalescence à la campagne il n'est de retour à Paris qu'en Novembre 60 où des surprises désagréables l'y attendent.


Lampe agrafée simple - 1957

Henri Depierre a pris des libertés pendant l'absence de Serge Mouille. Pour la fabrication des lampes, l'artisan à  désormais recours à des fixations murales toutes faites et utilise des vis pointeaux en fer peintes après coup en doré. De quoi rendre furieux le créateur qui s'en sépare sur le champs. 


Lampadaire simple - 1953

Du côté de la galerie Steph Simon, l'heure est également à l'improvisation. Serge ne décolère pas lorsqu'il s'aperçoit que Le galeriste à mis au point une lampe hybride Mouille-Noguchi à partir d'un tuyau du premier et d'un pied du second, et ce sans consulter qui que ce soit.
A cela viennent s'ajouter les difficultés financières rencontrées par la galerie qui prend alors beaucoup de retard dans ses paiements.


Lampe hybride Mouille/Noguchi par Steph Simon - 1959

Afin de reprendre le contrôle Serge Mouille crée à cette époque la SCM (Société de Création de Modèles)
Une année plus tard, Serge Mouille propose la nouvelle série des Colonnes. Ses colonnes utilisent une source lumineuse jusqu'ici réservée à l'éclairage industriel : le tube fluorescent.
Entre les deux séries de Serge Mouille, les Formes noires de 1952 et les Colonnes de 1961, il n'y pas évolution mais rupture. Rien ne rappelle l'autre.
La géométrie l'emporte sur la sensualité.


Lampe Très Grand Signal et Grand Totem - 1962 et 1963



Serge Mouille se présente seul pour la première fois en tant que fabricant de luminaires au Salon des arts ménagers de 1962. L'effet de surprise est complet, les Colonnes intriguent et les distinctions ne se font pas attendre avec entre autres la médaille d'argent de la Société d'encouragement à l'art et l'industrie en 1963.


Salon des Arts ménagers - 1962

Pourtant, à la fin de la même année, et devant les difficultés à assurer la production tout en gardant son éthique, Serge Mouille prend la décision de tout stopper.
En effet c'est que la tâche est lourde. Il n'existe plus de diffuseur et les relations ave Steph Simon se sont détériorées, encore un peu plus. La galerie montre cependant les Colonnes mais sans vernissage ni catalogue. L'équipe de la galerie (...Charlotte?) refusera d'ailleurs la commercialisation plus longtemps n'adhérant pas à l'effet cinétique produit par les Colonnes.


Lampe Gratte-Ciel - 1962

Lampe Cactus - 1962

Serge Mouille vend alors à Sinma ses machines et son stock de pièces ainsi que les appareils fabriqués et les droits d'exploitation.
Malheureusement, les modèles ne correspondant pas à la clientèle de Sinma, la production est rapidement stoppée.


Lampes Totem - 1962

Ainsi se termine l'aventure des luminaires Serge Mouille. Cet arrêt de diffusion plonge le créateur dans l'oubli jusqu'au début des années 80 et l'exposition "Paris-Paris" au Centre Pompidou qui lui demande de présenter une applique à deux bras pivotants. Viendront plusieurs expositions rétrospectives à Paris et New-York qui confirment l'importance de Serge Mouille dans le paysage de la décoration des années 50-60. 
Le créateur de luminaire s'éteint en Décembre 1988.


Serge Mouille et une cocotte - 1985

C'est tout récemment en Mars 2018 que Serge intègre la collection du Strict Maximum. Après plusieurs tentatives de s'accrocher à quoi que ce soit de Pierre, ce sera finalement Charlotte la plus à même d'accueillir Serge.


Charlotte, Serge, amis pour la vie!



10 commentaires:

  1. Wow! Quelle épopée! Super billet.
    les commentaires fonctionnent à nouveau? A moins que ça coinçait de mon côté!... J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit changement dans les paramètres permet à nouveau aux plus assidus d'entre vous de nous écrire ici. Quelle chance!

      Supprimer
  2. Beaucoup de plaisir à lire cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous en avez eu autant autant que nous à l'écrire ça doit être quelques chose!

      Supprimer
  3. quelle histoire ! quelle histoire !
    "Le créateur de luminaire s'éteint" = très drôle !
    et Charlotte (un sacré carafon) "mariée" à Serge par le Stictmax (coquin de sort !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Agnès! Nous rions encore de nos bêtises!

      Supprimer
  4. Comme quoi les histoires de nichons...
    Merci pour ce réjouissant billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nous ne savons quoi vous dire, nous ne sommes que peu habitués aux nichons. La vie est ainsi faite.
      Mais par contre, merci pour le compliment :-)

      Supprimer