mardi 26 mai 2015

AA, Butterfly, BKF, et tutti quanti!

Puisque pas plus tard qu'hier le SM vous parlait du fauteuil AA, il lui semble de bon ton de faire ensemble un point sur sa longue et formidable existence. Un peu à la manière de la chanteuse Cher, il semble exister depuis la nuit des temps sous des noms et des formes différentes mais est reconnaissable entre tous quoi qu'il arrive.



On doit le modèle original breveté en 1877 à l'ingénieur anglais Joseph Beverly Fenby. C'est un peu plus tard, en 1895, que la société américaine "The Gold Metal Inc" édite ce fauteuil  à l'usage des militaires avant tout. 
Sa structure est en bois, recouverte d'une housse en cuir ou en tissu, elle est  avant tout pliante. 




En 1904, présent à l'exposition internationale de Saint Louis dans le Missouri, ses droits de fabrication sont vendus à plusieurs pays. Le fauteuil Fenby rencontre alors un grand succès en Europe auprès des militaires toujours, mais également des particuliers. 
Utilisé par l'armée britannique, il est fabriqué par l'armée italienne qui l'utilise en Libye et lui donne déjà un nouveau nom "la Tripolina Chair"
En 1938, le trio d'architectes Antonio Bonnet, Juan Kurchan, Jorge Ferrari Hardoy -anciens collaborateurs de Le Corbusier- s'inspirent de la "Tripolina chair" pour créer un fauteuil pour leur cabinet d'architecture. Leur interprétation contemporaine est en acier d'une seule pièce et constitué d'une housse en cuir cousue en 4 morceaux :  c'est la naissance du siège "BKF"



Avec ce fauteuil, ils obtiennent deux prix du Design en 1940 au salon des artistes décorateurs de Buenos Aires.
Le BKF est alors repéré par le directeur du Musée d'Art Moderne de New-York (MoMA) qui le fait entrer dans le collection permanente du musée dès 1944.



Entre 1941 et 1947, le BKF est commercialisé par la societé Artek-Pascoe.
Fin 40, Knoll entre alors en piste et donne au siège toute la dimension internationale qu'on lui connait aujourd'hui. Pourtant, la production par Knoll ne dure que quelques années. Après une longue bataille juridique pour être seul producteur, il est retiré du catalogue en 1951.



Le BKF ou Butterfly marque déjà son époque de son style incroyable. Il accueil tour à tour, Mr Breuer:



une pin-up:


une chanteuse:


une jeune fille studieuse mais pour le moins olé olé :


et il fait même de la publicité:


Destination la France pour la suite de ses aventures. En 1951, Charles Bernard crée Airborne France, société spécialisée dans le siège.
L'arrivée du fauteuil dans la société est provoquée par sa rencontre avec André Bloc qui deviendra un grand ami. Ce dernier alors directeur de la revue Architecture d'Aujourd'hui, lui présente le fauteuil BKF venu des Etats unis. Conquis par la ligne pure du siège, Airborne décide de l'éditer et ce sous le nom de AA, initiales de la revue de Mr Bloc.



En 2010, La société Airborne est rachetée ainsi que les marques AA et AA by Airborne et la production des sièges reprend alors. Cette fois ci -bien que visuellement semblable- la structure est démontable pour faciliter le stockage. Des versions résolument contemporaines du fauteuil sont proposées au public. Le designer Hervé Langlais crée par exemple une version tout en inox avec housse en cote de maille.



Cette année, Airborne lance le LLum. Toute en transparence, sa housse en plastique laisse apparaître la ligne intemporelle de la structure AA. 



Le fauteuil AA n'en est plus à son coup d'essai et on estime à 5 millions le nombre d'exemplaires vendus dans le monde depuis sa création. 
Sachez que vous en trouverez 5 au SM, l'ironie du sort ne nous permettant l'utilisation que de 2!
Mais au moins aujourd'hui, ils sont comme ceux de Soulages.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire