samedi 18 juillet 2015

Noces de Roche.

Le 21 Septembre 2013 le Strict Maximum prenait la photo ci-dessous à l'auditorium de Lyon Part-Dieu, séduit par l’œuvre mais également intrigué par un travail proche de celui d'Alexander Calder. Cette sculpture est de l'artiste français René Roche mais ça, nous ne le savions pas encore.


"Synchronie n°1" Lyon 1978

Quelques années plus tard nous voici avec cette sculpture dans le salon. René Roche s'est de nouveau trouvé sur notre chemin mais cette fois ci : aux puces de St Ouen. Moins monumentale et moins colorée, parfaite pour le SM. Dix ans de mariage, noces d'étain. Dix ans de relation, noces de Roche évidemment.


René Roche, c'est l'histoire d'un artiste qui ne cherchait aucune reconnaissance. Il ne souhaitait pas que son art s'expose dans une galerie mais plutôt qu'il côtoie la rue. Il voulait être utile comme un certain Vasarely. 

Monsieur Roche




Ce qui n'a pas empêché que son atelier soit dispersé en salle des ventes pour rejoindre galeries et collections privées... Mais n'est-ce pas le sort de tout artistes talentueux? Et la meilleure façon de le faire connaître du grand public, qu'il ne tombe pas dans l'oubli...




René Roche est né en 1932 à Estressin. Après une fomation mécanique au lycée, il est embauché à l'usine en tant que gareur. Il débute également la peinture à cette époque. A la fin des années 50, il organise ses premières expositions.





En 1973, il quitte l'usine pour laquelle il travaillait depuis 1967 pour se consacrer à l'art. Il ne cesse alors de travailler pour des commandes publiques aménageant des places et écoles grâce au 1% artistique. Cette mesure consiste à réserver une somme pour la réalisation d'une œuvre en cas de travaux.



Loin de fréquenter les milieux artistiques, et n'ayant jamais étudié l'art, c'est en effet plutôt du côté des espaces publiques que René Roche s'est épanoui. On trouve encore plusieurs de ses oeuvres à Lyon notamment sur la place de la Part-Dieu et dans le métro. Il meurt en septembre 1992. Ses oeuvres sont dispersées lors de ventes en 2012 et 2013 à Lyon et Paris.

"Progression" à Villeurbanne, 1982

"Sans titre" à Villeurbane, 1978 

Eglise d'Andancette en 1975. La sculpture de la façade a été retirée jugée trop choquante...



Le SM est enchanté d'avoir un petit de René à la maison, en attendant de voir plus grand quand il aura un beau jardin.



1 commentaire:

  1. Nous vous souhaitons encore plein de belles dizaines ensemble et donc de beaux cadeaux à nous montrer ! Bisous

    RépondreSupprimer